Comment créer des amitiés fortes lorsque l’on est introverti ?

Comment créer des amitiés fortes lorsque l’on est introverti ?

Si vous êtes introverti, vous pouvez vous faire des amis plus facilement que vous ne le pensez.

Trouver des personnes avec lesquelles on créé une vraie complicité n’est pas chose aisée. Surtout lorsque l’on est introverti et que l’on aime (que l’on adore ?) passer du temps seul. Mais peu importe notre niveau d’introversion, nous restons avant tout un animal social et nous avons besoin des autres pour exister : nous voulons échanger, partager, être compris… Bref, créer des liens forts avec un certains nombres de personnes ! Vous allez voir, il existe quelques règles simples pour devenir complice avec les autres plus facilement qu’il n’y parait. Même lorsque l’on est introverti.

Tout bonheur en ce monde vient de l’ouverture aux autres,
Toute souffrance vient de l’enfermement en soi-même Bouddha

En tant qu’introverti, nous avons tendance à être assez « sélectif » quant aux personnes avec qui nous passons du temps. Mais n’y voyez pas du snobisme mal placé. Les interactions sociales nous demandent beaucoup d’énergie, donc avant de nous investir dans une relation, nous sommes attentif au caractère de l’autre. Par exemple, nous savons qu’il y a peu de chances que ça colle avec un pur extraverti qui passent tous ses week-ends en festivals. Nous allons privilégier une personne plus « posée », pas forcément introvertie, mais qui comprend et qui respecte ce trait de personnalité.

Alors, comment tisser des liens avec les autres quand on est introverti ? Voici 5 conseils qui vous aideront à créer de la complicité :

1) Regardez dans votre entourage. Pas besoin de participer à beaucoup de soirées ou d’évènements networking pour tisser de nouveaux liens. Il y a de fortes chances pour que certaines de vos connaissances soient des amis potentiels. Identifiez les personnes avec lesquelles vous avez des points communs, celles avec qui vous ressentez une bonne énergie. Celles avec qui vous avez l’impression de pouvoir être vous-même, sans jugement. Faites confiance à votre instinct. Une fois que vous les avez identifié, donnez vous pour objectif de leur parler plus souvent. Même via les réseaux sociaux, c’est un bon début.

Et lorsque vous les voyez, prenez simplement conscience de comment vous vous sentez. La science balbutie encore là-dessus, mais nous transmettons notre énergie aux autres. Lorsque l’on dit « Celui là, je ne le sens pas », c’est bien que l’énergie qu’il nous envoie est perçue comme négative.

Bien sûr, vous pouvez avoir peur, ou être fatigué par une interaction sociale, mais elle doit quand même vous laisser un ressenti positif. Sinon, c’est sûrement que la personne ne vous correspond pas.

2) Osez faire le premier pas. Personnellement, j’ai attendu trop longtemps que les gens viennent vers moi, par peur d’être rejeté. Mais au final, que peut-il arriver de grave ? Si je propose un café à quelqu’un et qu’il refuse, est-ce vraiment la fin du monde ? Bien sûr, il y a un petit risque à prendre les devant, mais on obtient tout à coup beaucoup plus d’opportunités. Jenny Graham, auteure de plusieurs études sur les introvertis, nous l’explique à travers sa propre expérience :

En arrivant à l’université, j’ai appris une douloureuse leçon sur l’amitié. J’avais vécu toute ma vie dans le même quartier jusqu’à cette rentrée, donc j’avais beaucoup d’amis d’enfance. Mais quand je suis arrivée à l’université, j’ai vite ressenti un grand vide. J’observais autour de moi, et je me demandais comment les autres faisaient pour sympathiser aussi rapidement. C’est là que j’ai réalisé que je ne faisais pas l’effort d’aller rencontrer les autres – parce que oui, ça demande un gros effort à beaucoup d’entre-nous. Je pensais, naïvement, qu’il suffisait d’attendre et que les gens viendraient à ma rencontre.

3) Laissez tomber le masque. Les introvertis, souvent très sensibles, croient devoir plaire à tout le monde. On pense, à tort, qu’il faut être apprécié de tous pour se faire des amis. Mais de la même manière que le jour n’existe pas sans la nuit et que le bonheur n’existe pas sans la tristesse, vous ne pouvez pas être apprécié si vous n’acceptez pas d’être rejeté par certains. Assumer sa personnalité, c’est forcément polariser : certains vous aimeront et verront vos qualités, d’autres regarderont ailleurs. C’est le prix à payer pour ne pas être un mollusque qui dit oui à tout.

Molly Owens, spécialiste des personnalités introverties et hypersensibles, explique :

Trop souvent, vous exhibez la facette que vous croyez devoir montrer pour que l’autre vous apprécie. Se cacher derrière cette carapace est épuisant. Cela vous poussera à vous demander à quoi bon créer du lien social, puisque chaque interaction use votre énergie.

Donc, quand vous êtes face à quelqu’un, prenez votre courage à deux main et laisser le voir qui vous êtes vraiment. Dites ce que vous pensez, ce que vous ressentez, même si vous savez que l’autre ne sera pas d’accord (bien sûr, vous pouvez utiliser votre sensibilité pour dire les choses avec tact). Lorsque vous laissez tomber le masque, vous êtes vulnérable — et c’est de cette manière que les liens et la complicité se créent.

4. Posez des questions. C’est contre-intuitif, mais vous pouvez être passionnant lors d’une conversation…en ne parlant quasiment pas ! Tout ce que les gens recherchent, c’est de la reconnaissance et de la compassion. Si vous vous intéressez sincèrement à un sujet qui plaît à votre interlocuteur, il y a de grandes chances qu’il vous apprécie – surtout si il est extraverti. Il suffit de lui poser quelques questions sur un de ses centres d’intérêt. Vous pouvez aussi lui demander son avis sur des sujets profonds, et lancer une conversation passionnante :

13567159_1066031100128916_5448464767517875916_n-1

En tant qu’introverti, vous avez un grand pouvoir : une excellente capacité d’écoute. Profitez-en !

5) Rappelez-vous que la gêne disparait avec le temps. Au début, vous avez tendance à dévoiler assez peu votre personnalité. Votre côté excentrique et passionné reste en retrait. Mais au fur et à mesure que vous gagnez en confiance face à l’autre, vous pouvez montrer qui vous êtes vraiment, et vous sentir en sécurité. Au début, vous avez le droit d’être mal à l’aise, tout le monde l’est un peu. Laissez simplement le temps débloquer les choses naturellement.

Pour terminer, rappelez-vous que le but n’est pas de collectionner les rencontres. Une amitié profonde vaut mieux que mille relations superficielles. Vous pouvez prendre le temps de construire des relations solides, de créer votre « clique » : quelques amitiés fortes, qui se comptent en général sur les doigts d’une main. Vous n’avez pas besoin de voir des dizaines de personnes chaque semaine. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un petit groupe avec lequel vous vous sentez plus fort, compris et soutenu.

La limite entre introversion et anxiété sociale est parfois floue. Pour connaitre en 2 minutes votre niveau d’anxiété sociale, faites le test sur Happily : http://happily.care
Vous pourriez devenir vous-même ❤